Lectori salutem

Annus est nunc vigesimus et eo amplius cum Romanum calendarium vitio temporum non leviter depravatum doctissimorum hominum opera atque industria correctum, secundissimis Gregorii XIII pontificis maximi auspiciis lucem aspexisse vidimus. Quæ res eo fuit sapientissimo pontifici gloriosior quod, ab omnibus avidissime expedita, a multis pertinaci, ut ita dicam, labore tentata, numquam tamen potuerat ad exitum e sententia perduci. Porro non habeo necesse commemorare quanto consensu quantaque omnium approbatione restitutum calendarium receptum et commendatum fuerit. Illud unum dico nullum fuisse Christiani orbis regnum, nullam provinciam, nullam urbem, academiam nullam paulo nobiliorem, quæ tantam rem sapientissime ac felicissime perfectam esse non fateretur, et quæ divinitus propemodum excogitatam corrigendi calendarii rationem omni contentione amplectendam non censeret. Quod si nescio qui anguli orbis terræ ad septentriones aut orientem solem sunt, qui nondum huiusce emendationis lucem iucundissimam acceperunt, id vero non tam amore tenebrarum factum esse pro comperto habemus, quam Romani pontificis odio, quem quia hæretici aut schismatici homines suis rationibus adversarium habent, tantum ac tam singulare per ipsum humano generi beneficium tributum esse, iniquissimo animo patiuntur. Sed nimirum sicut adulto iam sole, quam minimas umbras corpora explicare solent, ita sperandum videtur futurum ut quotidie magis correcti calendarii splendor augescens nullam oram orbis terrarum, licet abditissimam, quodammodo non collustret, aut certe volentium nolentium perfidorum hominum oculos non perstringat. In tantis opportunitatibus quas restituendo calendario importatas esse hominum cætui omnes confitentur, unum non minus ad utilitatis quam voluptatis cumulum desiderari videbatur; ut rationem Gregorius XIII in hac tam præclara emendatione secutus esset, ea quam planissime fieri posset, palam proponeretur. Hoc igitur cum sanctissimus iuxta et prudentissimus pontifex Clemens octavus animadverteret, multosque iam annos ab ipsius calendarii emendatione effluxisse videret, cum tamen id, quod maxime oportuit, numquam præstitum esset, faciendum sibi omnino putavit ut quando Romani pontificis auctoritate calendarium correctum atque emendatum esset, Romano pariter pontifice imperante correcti calendarii ratio constaret. Atque utinam aut Aloysius Lilius Hypsicronæus vir immortalitate dignissimus, qui tam egregiæ correctionis primus auctor fuit, rebusque a se præclare inventis aliis præluxit, adhuc viveret, aut certe ex rerum mathematicarum peritis qui summi pontificis auctoritate sæpius in Urbe convenimus ut institutam calendarii emendationem communicatis viribus et consiliis, perduceremus ad exitum, quivis alius hoc tempore superesset; sperare profecto liceret emendati calendarii rationem ita explicari posse ut æquis pariter et iniquis ea in re mirifice satisfieret. Nunc autem, cum de sapientissimis illis viris sit Deo aliter visum, neque facile tantam rem præstare posse videatur, qui ipsius calendarii correctioni non interfuerit, mihi videlicet, qui divino beneficio adhuc superstes sum, onus alioqui viribus meis longe superius, tanto præsertim pontifice iubente, non esse detrectandum intelligo. Ac tametsi video multa a me iteratis lucubrationibus esse tentata, quæ calendarii restituti rationem non obscure, multorum iudicio, patefaciunt; quia tamen eorum pleraque obtrectatorum criminationes refellunt ac proinde ad omnes minus pertinent et præterea non pauca sunt quæ a nobis utiliter excogitata esse non diffiteor, novus hic labor omnino suscipiendus fuit, quem si, quemadmodum speramus, ab æquis rerum æstimatoribus probari viderimus, erit cur omnium bonorum largitori Deo ingentes gratias habeamus. Scio porro in hac nostra explicatione nonnulla esse quæ a Liliana ratione epactarum calendario inscribendarum earumque æquatione nonnihil dissentiant; sed nimirum, ut hac in re ipsum etiam calendarium Gregorianum anno 1582 editum ab ipsius ratione dissensisse scimus, ut ex eo quod ad Christianos principes anno 1577 transmissum est, liquido constare potest; ita nobis licere arbitrati sumus usquequaque Lilianæ rationi non adhærescere. Id quod etiam libentius fecimus quod multa inventa, ut paulo ante diximus, non pauca etiam in melius mutata esse intelligimus, quibus hæc calendarii emendatio adversus obtrectatores explicatior redderetur ac firmior. Nam inter alia non modico labore novas rationes, easque non paucas excogitavimus, quibus epactarum cyclus, in quo totius huius summa correctionis consistat, facilior atque expeditior redderetur, atque epactarum æquatio corrigeretur, cum ea ab auctore calendarii minus recte sit instituta; deinde qua via ac ratione epacta quovis anno, quamvis remotissimo, non magno labore sit eruenda, etiamsi tabula æquationis epactarum, de qua suo loco disputabitur, ad eum usque annum extensa non sit; ut taceam in præsentia, multa esse a nobis adiecta ex peritioribus astronomis, quibus æquinoctiorum progressus regressusque explicantur, quo planiores fierent rationes quibus vernum æquinoctium in sua sede contineatur. Nihilque dicam de novis præceptis quibus omnia quæ ad computum, quem vocant, ecclesiasticum pertinent valde expedite in digitorum articulis reperiuntur. Et quoniam inter eos qui Gregorianum calendarium omnium ferme gentium approbatione firmatum convellere tentarunt, duo præcipue, et fama nominis, et eruditione literarum nobiles fuerunt, qui nonnullis aliquid dixisse visi sunt, Iosephus Scaliger et Franciscus Vieta, non abs re visum est utriusque confutationem huic operi adiungere; Vietæ præsertim qui, non minus novas quam falsas rationes restituendi calendarii ingressus, Gregorii XIII mentem non solum non est assecutus, quod de se magnifice iactat, sed etiam eiusdem pontificis decreta super novo calendario, suo, hoc est falso, affinxit, ut pontificia auctoritate, quæ nemini non est sanctissima, commenta sua levissima stabiliret. Huic ipsi confutationi Vietæi calendarii non defuerunt, qui magnopere hortarentur ut responsionem adiicerem ad vanissimam, ne quid gravius dicam, eiusdem expostulationem, quæ se in hoc etiam libro appellari velle visa est, cum in meum se conspectum dederit id temporis quo mei libri præludia postremis prælis de more cuduntur; et quidem Domini quodammodo spirabat adhuc iracundiam. Edita enim in lucem fuerat, simul ac acceperat me omni ope falsas ipsius rationes calendarii corrigendi profligare aggressum; quasi inique facerem, qui Gregorianum calendarium omnium principum, academiarum omnium suffragiis iamdudum stabilitum adversus unius hominis temeritatem defenderem. Sed non passus sum id mihi a quoquam persuaderi; primum, quia nihil est in ea expostulatione quod non appareat a commoto animo esse profectum; deinde quia nihil habet præter contumelias et convicia, quæ ego ad me ne pervenisse quidem iudico; postremo quia hoc responsionis munus non unus amicorum pro sua, vel erga me benevolentia, vel erga pontificia decreta observantia, sibi depoposcit. Ero igitur contentus interim, quid de meis laboribus, quid de Gregoriano calendario quod Vieta misere a me depravatum et corruptum declamitat; quid de Vietæo sentiat summus ac sanctissimus pontifex Clemens VIII quod in eius diplomate huic operi præfixo apparet; et Francisco Vietæ libens volensque, quicquid de me iniuriose dixit, condonabo. Unum superesse videtur ut, quoniam tota hac in re magno mihi adiumento fuerunt, quæ Romæ in conventu doctorum virorum, quem sæpe habuimus, adhuc vivo Gregorio, disputata sunt, hoc publice profitear, quod si reticerem, nonnihil fortasse de aliena gloria detraheretur. Cæterum candide lector, si quid a nobis profectum animadverteris quod cum aliqua ingenii aut industriæ laude coniunctum iudices, id, quoniam divini muneris totum est, Deo adscribe, si quid perperam dictum aut explicatum, mihi. Ego vero Dei optimi maximi fretus ope, rem ipsam aggrediar alacriter, non tam perficiendi spe quam tentandi et obtemperandi voluntate. Vale.

Au lecteur

Il y a maintenant plus de vingt ans que nous avons vu renaître le calendrier romain, très dénaturé par l'œuvre du temps mais réformé grâce au travail et au zèle d'hommes très savants, sous les très heureux auspices du souverain pontife Grégoire XIII. Cette réforme est d'autant plus à la gloire du très sage pontife que, bien qu'elle ait été vivement souhaitée par tous et bien que plusieurs y aient consacré un travail que je qualifierais d'obstiné, elle n'avait malgré tout jamais pu être menée à terme de façon satisfaisante. Je n'ai d'ailleurs pas à rappeler quel accord et quelle approbation unanimes reçut ce calendrier. Je dirai seulement qu'il n'y eut pas un royaume chrétien, pas une contrée, pas une ville, pas une université de quelque notoriété, qui n'ait reconnu à maintes reprises la très grande sagesse et la très grande justesse de cet accomplissement remarquable, et qui n'ait estimé que cette réforme presque divine du calendrier ne dût pas être accueillie avec enthousiasme. Par ailleurs s'il y a je ne sais quels confins de la terre, vers le nord et vers l'orient, qui n'ont pas encore accepté la lumière bienfaisante de cette correction, nous savons très bien que cela n'est pas tant dû à leur amour des ténèbres qu'à leur aversion pour le pontife romain, que des hérétiques et des schismatiques, pour des raisons qui leur sont propres, tiennent pour un ennemi et qui souffrent au plus haut point par conséquent qu'un si éminent service à l'humanité lui soit imputé. Mais bien sûr, de même que c'est lorsque le soleil est à son plus haut que les objets font le moins d'ombre, on peut espérer que, chaque jour d'avantage, la splendeur grandissante de ce calendrier parfait illuminera en quelque sorte tous les pays, même les plus éloignés, et qu'elle éblouira malgré eux les malveillants. Aux si grands bienfaits que, de l'aveu de tous, ce calendrier réformé apportait à toute l'humanité, il semblait manquer quelque chose qui ajouterait l'utile à l'agréable, à savoir que les principes suivis par Grégoire XIII dans cette réforme si brillante soient décrits très clairement et présentés au grand jour. Ce qu'ayant constaté, et ayant aussi remarqué combien d'années s'étaient déjà écoulées depuis la réforme du calendrier sans que ce travail très important n'eût été accompli, le très vertueux et très sage pontife Clément VIII estima que c'était à lui qu'il revenait de faire remplir cette si grande tâche afin que, puisque le calendrier avait été corrigé et réformé sous l'autorité du pontife romain, l'explication de cette réforme soit aussi présentée par le pontife romain régnant. Plût au ciel alors, ou bien que Luigi Lilio de Cirò, cet homme digne de l'immortalité qui fut l'auteur principal de cette remarquable réforme et dont l'éclatante renommée provient aussi de ses autres découvertes, fût toujours vivant, ou du moins que parmi ces mathématiciens experts, dont j'étais, qui se sont réunis plusieurs fois à Rome sous l'autorité du souverain pontife pour mener à bien la réforme du calendrier qui fut adoptée, en mettant en commun leurs connaissances et leurs opinions, un autre que moi ait survécu jusqu'à ce jour; il serait assurément permis alors d'espérer que le système du calendrier réformé puisse être expliqué à la satisfaction tant de ses défenseurs que de ses opposants. Mais puisque Dieu a décidé autrement de ces hommes très savants, et comme il ne semble pas possible à quelqu'un qui n'a pas été lui-même mêlé à la correction de ce calendrier de s'acquitter aisément d'une telle tâche, je reconnais bien sûr que moi, qui par la grâce de Dieu suis toujours vivant, je ne peux me soustraire, surtout devant l'invitation du souverain pontife, à ce devoir, du reste largement au-dessus de mes forces. D'ailleurs, j'ai dans le passé entrepris à maintes reprises d'expliquer plusieurs principes de la réforme du calendrier d'une manière telle que, de l'avis de plusieurs, ils devenaient très clairs; mais puisque bon nombre de ces explications souffrent des calomnies de certains détracteurs et, par conséquent, n'atteignent pas tout le monde, et comme je reconnais de plus qu'il y a bien d'autres choses dignes d'intérêt auxquelles nous avons réfléchi, j'ai résolument assumé ce nouveau travail. Si, comme nous l'espérons, nous le voyons accueilli favorablement par des juges impartiaux, nous en serons infiniment reconnaissants à Dieu, le dispensateur de tous les bienfaits. D'autre part, je sais qu'il y a des différences entre la façon dont nous décrivons ici le calendrier et la manière dont Lilio y a inscrit les épactes et défini leur équation. Mais justement, il est bien connu que le calendrier grégorien qui a effectivement été adopté en 1582 divergeait des principes de Lilio, tout comme il est évident qu'il divergeait de ce qui a été envoyé aux princes chrétiens en 1577; c'est que nous avions jugé pouvoir nous détacher un peu du système de Lilio. Et cela d'autant plus volontiers que nous avions fait plusieurs nouvelles découvertes, comme je l'ai dit plus haut, et apporté de nombreuses améliorations propres à clarifier et à mieux étayer le nouveau calendrier face à ses détracteurs. Par exemple nous avons, avec beaucoup de travail, imaginé plusieurs méthodes nouvelles d'appliquer plus facilement et plus rapidement le cycle des épactes, sur lequel repose l'ensemble de cette réforme; nous avons aussi corrigé son équation, car celle-ci n'avait pas été parfaitement établie par l'auteur du calendrier. Nous avons de plus inventé des moyens rationnels et méthodiques de trouver facilement l'épacte de n'importe quelle année, si éloignée soit-elle, même si la table de l'équation des épactes, dont je reparlerai en temps et lieu, ne se rend pas à cette année; sans parler pour le moment de tout ce que de très savants astronomes parmi nous ont avancé pour expliquer le va-et-vient des équinoxes, et qui permettra de mieux les garder à leur date appropriée. Sans parler non plus des méthodes nouvelles qui permettent d'établir très rapidement sur la jointure des doigts tous les éléments du comput dit ecclésiastique. Cependant, puisque parmi ceux qui ont entrepris de dénigrer le calendrier grégorien, qui avait l'appui de presque tous les peuples, il y en a eu deux surtout, François Viète et Joseph Scaliger, qui grâce à leur réputation et à l'autorité de leurs écrits ont, semble-t-il, influencé quelques personnes, il a paru approprié d'ajouter ici une réfutation à chacun d'eux; à Viète particulièrement, qui a proposé des principes de réforme du calendrier aussi étranges qu'erronés et qui non seulement n'a pas compris la pensée de Grégoire XIII, comme il le prétendait pompeusement, mais qui a aussi trompeusement adjoint à son propre faux calendrier les décrets de ce même pontife sur le nouveau calendrier, afin d'étayer ses inepties de l'autorité pontificale, qui est sacrée aux yeux de tous. Il n'a pas manqué de gens qui, pour confondre le calendrier de Viète, m'ont vivement pressé de répondre à son insignifiante, pour ne pas dire pire, requête, comme elle semble vouloir s'appeler dans ce livre, lorsqu'elle s'est présentée à mon examen au moment justement où mon livre commençait enfin d'être mis sous presse, comme c'est l'usage; et elle excite encore maintenant la mauvaise humeur de Dieu, si j'ose dire. Sitôt publiée, elle m'a incité à combattre vigoureusement ses faux principes de correction du calendrier; mais j'aurais agi de façon pour ainsi dire injuste en défendant contre l'irréflexion d'un homme seul le calendrier grégorien qui jouit depuis longtemps de l'approbation de tous les princes et de toutes les universités. Je ne me suis cependant laissé convaincre par personne; d'abord parce qu'il n'y a rien dans cette requête qui ne semble émaner d'un esprit un peu emporté; ensuite parce qu'elle ne contient rien d'autre que des injures et des invectives par lesquelles je ne m'estime même pas atteint; enfin parce que pas un seul de mes amis n'a réclamé personnellement cette réponse, soit par égard pour moi, soit par respect des décrets pontificaux. Je me contenterai donc pour l'instant de mes travaux, du calendrier grégorien que Viète m'accuse misérablement d'avoir trahi et travesti, et de l'opinion qu'a de Viète le très saint souverain pontife Clément VIII, opinion qu'il exprime dans les lettres patentes qui précèdent ce texte; quant à François Viète, je lui pardonne volontiers, quoi qu'il ait dit d'injuste à mon sujet. Il me reste à reconnaître publiquement que pour tout ce travail, j'ai été grandement aidé par toutes les discussions des assemblées d'experts que nous tenions souvent à Rome du vivant de Grégoire; sinon je m'approprierais peut-être un peu de la gloire d'autrui. Du reste, aimable lecteur, si vous remarquez quelque chose d'écrit par moi que vous jugez relever du talent ou du travail d'un autre, attribuez-le à Dieu, l'auteur de toutes choses; si vous y voyez quelque chose de mal expliqué ou de mal formulé, attribuez-le-moi. Quant à moi, confiant en l'aide de Dieu très bon et très grand, je vais entreprendre ce travail avec ardeur, non tant avec l'espoir de le terminer qu'avec l'intention d'essayer et d'obéir. Portez-vous bien.

Transcription et traduction: Rodolphe Audette

Retour à la table des matières de l'Explicatio.