Gregorius papa XIII, ad perpetuam rei memoriam

   

Grégoire XIII, pape, en perpétuelle mémoire

Cupientes, pro pastoralis officii nobis divinitus iniuncti sollicitudine, calendarium, nuper cura et iussu nostro correctum atque editum, ubique locorum ab omnibus qui illud, propter diversa impedimenta, statuto die mensis Octobris proxime præteriti observare non cœperunt, quamprimum in usum recipi, et, prout maxime expediens est, diligenter et exacte servari. Idcirco, ne subsequens mensis Octobris, quod quidem nimis longum esset, expectetur, volentes, vigilantiæ nostræ providentia, opportuna remedia hisce difficultatibus celeriter adhibere.   Soucieux de nous acquitter du ministère pastoral que Dieu nous a confié, nous désirons que le calendrier récemment réformé et publié par nos soins et sur notre ordre soit mis en vigueur au plus tôt et utilisé soigneusement et rigoureusement, dans toute la mesure du possible, en tous lieux et par tous ceux qui, par suite de divers empêchements, n'ont pas commencé de s'y conformer à la date fixée du mois d'octobre dernier. Aussi, afin de ne pas devoir attendre le mois d'octobre prochain, ce qui serait vraiment trop long, nous voulons, dans notre prévoyance attentive, apporter rapidement une solution convenable à ce problème.
Motu proprio et ex certa scientia maturaque deliberatione nostra ac de apostolicæ potestatis plenitudine, hac nostra perpetuo valitura sanctione statuimus, præcipimus et mandamus ut quicumque, in quibusvis regnis, provinciis, civitatibus et locis constituti, calendarium emendatum prædictum hactenus nondum observare cœperunt, illud modo et formula infrascripta, semotis cunctis excusationibus et impedimentis, omnino servent, videlicet: cum perventum fuerit ad diem decimam Februarii anni millesimi quingentesimi octuagesimi tertii, in quam cadit dominica Quinquagesimæ secundum antiquum calendarium, transitus statim fiat ad diem XXI eiusdem mensis Februarii, omissis decem diebus inter diem decimam et diem XXI Februarii huiusmodi interpositis, quæ erit feria secunda post dominicam Quinquagesimæ (mutata litera dominicali F in B), in qua dicatur officium et missa de S. Valentino presbytero et martyre, cum commemoratione Ss. Faustini et Iovitæ martyrum et Sancti Simeonis episcopi et martyris; et feria tertia, de Cathedra; proxima autem feria quarta erit dies Cinerum; atque hoc pacto nulla amplius erit discrepantia in festorum tam mobilium quam fixorum celebratione.   De notre propre mouvement, en toute connaissance de cause, après mûre délibération et dans la plénitude de notre pouvoir apostolique, nous décrétons, prescrivons et ordonnons, par cet acte à autorité perpétuelle, que quiconque, dans quelque royaume, province, cité ou autre lieu qu'il habite, n'a pas encore à ce jour commencé d'utiliser le calendrier réformé ci-dessus mentionné, s'y conforme absolument, de la manière décrite ci-dessous, écartant toute excuse et tout empêchement, à savoir: après le dixième jour de février de l'an mil cinq cent quatre-vingt-trois, dimanche de Quinquagésime selon l'ancien calendrier, on passera directement au vingt et unième jour de ce même mois de février (omettant ainsi les dix jours qui séparent le dix du vingt et un février) qui sera la deuxième férie après le dimanche de Quinquagésime (la lettre dominicale passant de F à B), lequel jour on dira l'office et la messe de saint Valentin, prêtre et martyr, avec la mémoire de saint Faustin et de saint Jovite, martyrs, ainsi que celle de saint Siméon, évêque et martyr; la troisième férie, on dira l'office et la messe de la Chaire de saint Pierre à Antioche; le jour suivant, quatrième férie, sera celui des Cendres; et de cette façon, il n'y aura plus de discordance dans la célébration des fêtes tant mobiles que fixes.
Verum, quia difficile foret præsentes literas ad universa christiani orbis loca deferri, volumus quod illarum transumptis, etiam impressis, manu notarii publici subscriptis, et sigillo personæ in dignitate ecclesiastica constitutæ obsignatis, eadem prorsus indubitata fides ubivis gentium et locorum habeatur, quæ originalibus literis adhiberetur, si forent exhibitæ vel ostensæ.   Comme il serait difficile toutefois de faire parvenir cette lettre à tous les pays du monde chrétien, nous voulons que des copies de celle-ci, même imprimées, signées de la main d'un notaire public et authentifiées du sceau d'un dignitaire de l'Église, jouissent du même crédit absolu chez tous les peuples et dans tous les pays que celui qui aurait été accordé à la lettre originale, si elle y avait été présentée.
     
Datum Romæ apud Sanctum Petrum, sub annulo Piscatoris, die septima Novembris MDLXXXII, pontificatus nostri anno XI.   Donné à Rome, près de Saint-Pierre, sous le sceau du Pêcheur, le sept novembre 1582, en la onzième année de notre pontificat.

Transcription et traduction: Rodolphe Audette

Retour à la page principale
Retour au lien du motu proprio